! COUPS DE COEUR BD !


MICROCOSME

Auteur :

Manu Larcenet

Edition :

Les rêveurs

Date de publication :

vendredi 4 avril 2014

Critique :

A peine deux mois après la parution du dernier volume de son thriller psychologique Blast, Manu Larcenet revient à son domaine de prédilection, l’humour, avec « Microcosme », un bel album mettant en scène des taches affublées de bouches et d’yeux dans des strips à mourir de rire, abordant dans un style cynique et décapant des thèmes comme le suicide, l’infidélité ou la fin du monde

Article écrit le 21/01/2015 par Grégory Belfio



KANOPÉ

Auteur :

Louise Joor

Edition :

Delcourt

Date de publication :

mercredi 2 avril 2014

Critique :

2137, la terre est peuplée de plus de 10 milliards d’êtres humains, les ressources naturelles ont totalement disparues. Jean, poursuivi par les autorités se réfugie dans une zone interdite, l’Amazonie. Il y rencontre une jeune fille vivant à l’état sauvage. Choc de civilisation et de culture, questions écologiques sont habilement abordés par Louise Joor dans son premier album. Une réussite pour un agréable moment de lecture.

Article écrit le 27/05/2014 par Grégory Belfio



THE SUPERIOR SPIDERMAN T1

Auteur :

Dan Slott, Ryan Stegman et Giuseppe Camuncoli

Edition :

Panini

Date de publication :

mercredi 26 mars 2014

Critique :

Suite à l'échange corporel effectué par le Docteur Octopus avec Spider-man, il déçide de prendre le relais de ce dernier... mais en mieux ! Il devient donc "The Superior Spider-Man" !
Notre nouvel héro (mais pas trop) se voit donc combattre contre une nouvelle association de supers-méchants : Les Sinister Six !

Spider-Man n'a donc plus peur de faire du mal ou même d'utiliser ses gadgets (crées par le docteur Octopus) en dehors de son boulot de Spidey !
Le scénariste (Dan Slott) a déclaré dans une interview qu'il savait exactement où il allait et ce qu'il comptait faire de son concept, c'est donc surement et habillement que ce premier numéro est mené.
La manière qu'à ce "nouveau" protagoniste par rapport à sa vie personnelle (notamment Mary Jane ou Tante May) est très intéressante et on se surprend à "oublier" Peter Parker.
Mais n'ayez crainte, ce cher Peter n'est pas partit pour toujours, il est toujours là et se retrouve à notre place : Spectateur. Il voit ce que fait Octavio de son corps sans ne pouvoir rien faire, il n'est pas un fantôme car il est encore dans son corps mais impuissant... Une question se pose donc, Peter Parker est-il mort oui ou non ?

Partant de cette base très originale, c'est un numéro très impressionnant que nous livre Dan Slott

Article écrit le 25/10/2014 par Grégory Belfio



NOÉ, L’INTÉGRALE (INITIALEMENT PARU EN 4 VOLUMES)

Auteur :

Darren Aronofsky, Ari Handel et Niko Henrichon

Edition :

Le Lombard

Date de publication :

jeudi 13 mars 2014

Critique :

Ou la réinterprétation du mythe fondateur de l’Ancien testament dans une version post-apocalyptique.

En parallèle à la réalisation du film sorti le 7 avril, Darren Aronofsky a souhaité en adapter le script en BD en collaborant avec le talentueux Niko Henrichon.
Une impressionnante fresque biblique teintée de science fiction et truffée de symboles au graphisme grandiose à l’atmosphère crépusculaire.

Article écrit le 27/05/2014 par Grégory Belfio



TRAQUENARDS & MÉLODRAMES (HISTOIRES 1968-1985)

Auteur :

Willem

Edition :

Cornelius

Date de publication :

jeudi 23 janvier 2014

Critique :

Les éditions Cornélius nous proposent un recueil d’histoires  principalement parues dans Hara-kiri puis Charlie Hebdo, rendant ainsi hommage à l’auteur récompensé pour son œuvre lors du festival d’Angoulême de 2013. Par ces histoires courtes Willem traite des travers de la société avec un humour corrosif, cru, parfois scatologique. Le non-sens et l’absurde maniés d’une façon de maître par l’auteur caractérise bien l’esprit des journaux satiriques des années 1970-80. Tout y passe, le social, la politique et surtout le sexe. Dans ce pullulement de situations et de personnages tout est « forcé », l’absurdité et la provocation caractérisant cet humour « bête et méchant ».
D’origine hollandaise, Willem maniait à ses débuts un français parfois approximatif, les fautes de syntaxe ne font qu’apporter un charme supplémentaire à ses propos.    
Le dessin au trait fin, très souvent en noir et blanc est reconnaissable entre mille. N’est-ce pas là la preuve irréfutable du talent, au service d’une œuvre aujourd’hui inclassable?

Michel Braun.

Article écrit le 06/03/2014 par Grégory Belfio