! NOUVEAUTÉS BD !


DJINN T.13

Auteur :

Dufau & Miralles

Edition :

Dargaud

Date de publication :

vendredi 14 octobre 2016

Critique :

Jean Dufaux et Ana Miralles signent le treizième et dernier tome du cycle indien Djinn ! L'heure est venue de retrouver Kim Nelson, à notre époque. Kim avant son périple en Afrique et sa quête de la perle noire, Kim à Calcutta et dans le palais de son Altesse la Rani d'Eschnapur. Les trois cycles de cette grande série forment une boucle envoûtante : le temps réel et le temps fantasmatique se mélangent au son des clochettes du désir. Le sang des Djinns coulerait-il dans les veines de Kim Nelson ?

Article écrit le 15/10/2016 par Grégory Belfio



CHATEAUX BORDEAUX T.7

Auteur :

Corbeyran & Espé

Edition :

Glénat

Date de publication :

mercredi 7 septembre 2016

Critique :

Septembre 2008. Alors que Jeanne est toujours dans le coma à la suite de son accident, Alexandra doit faire face à une nouvelle crise. Les vendangeurs qu’elle emploie se plaignent de leurs conditions de travail et ont décidé de faire grève. Problème : elle a besoin que les vendanges se terminent le plus vite possible pour que le raisin ne souffre pas trop du mauvais temps qui perdure. Et puisqu’un malheur n’arrive jamais seul, Alexandra apprend par Nicolas Noiret, le jeune courtier qui lui fait de l’œil, que le vin qu’elle expérimente sur l’île de son père risque bien de ne pas obtenir l’AOC...

Article écrit le 15/10/2016 par Grégory Belfio



TU N'AS RIEN À CRAINDRE DE MOI

Auteur :

Joann Sfar

Edition :

Rue de Sèvres

Date de publication :

mardi 24 mai 2016

Critique :

Véritable portrait d’un couple contemporain, cet album traverse les questions éternelles de l’amour et les éternelles questions de son auteur : l’art, la religion, l’amitié.

C'est l'histoire des meilleurs moments de l'amour : ils se rencontrent, se regardent, se parlent des nuits entières, s'aiment sans cesse... il la peint, elle s'amuse à être peinte... et après ?

Article écrit le 06/05/2016 par Grégory Belfio



LA LÉGÈRETÉ

Auteur :

Catherine Meurisse

Edition :

Dargaud

Date de publication :

vendredi 29 avril 2016

Critique :

Dessinatrice à Charlie Hebdo depuis plus de dix ans, Catherine Meurisse a vécu le 7 janvier 2015 comme une tragédie personnelle, dans laquelle elle a perdu des amis, des mentors, le goût de dessiner, la légèreté.

Après la violence des faits, une nécessité lui est apparue : s'extirper du chaos et de l'aridité intellectuelle et esthétique qui ont suivi en cherchant leur opposé – la beauté.

Afin de trouver l'apaisement, elle consigne les moments d'émotion vécus après l'attentat sur le chemin de l'océan, du Louvre ou de la Villa Médicis, à Rome, entre autres lieux de renaissance.

Article écrit le 06/05/2016 par Grégory Belfio



FIGHT CLUB 2

Auteur :

Palahniuk & Stewart

Edition :

Super 8 éditions

Date de publication :

jeudi 28 avril 2016

Critique :

La première règle du Fight Club, vous vous souvenez ? Mais ça, c’était avant. La cendre des glorieuses explosions d’antan est depuis longtemps retombée.

Nous sommes dix ans après la fin de la première histoire. Marla et « celui qui se fait appeler Sebastian » sont désormais mariés, englués dans une haïssable petite existence bourgeoise. Ils ont une maison, un petit garçon, sans doute une carte d’électeur – plus rien ne les distingue de leurs voisins.

Sebastian, cependant, n’est pas tout à fait guéri : il gobe des petites pilules pour juguler les symptômes de son ancienne schizophrénie. Marla, qui trompe son ennui en participant à des groupes de parole bizarroïdes, les remplace par du sucre et de l’aspirine : une façon comme une autre de faire revivre Tyler Durden, afin qu’il revienne foutre le bordel dans leur univers trop bien rangé.

Roman graphique encensé par la critique, Fight Club 2 ne reprend pas seulement les choses là où son prédécesseur les avait laissées. Bréviaire d’une génération perpétuellement maudite, critique au vitriol d’une société vendue au recyclage cynique, il aborde avec brio les questions de transmission et de révolution – non sans tracer les contours d’une renaissance possible. Servi par un dessin d’une précision et d’une force étourdissantes, Palahniuk s’y montre de nouveau au sommet de son art. Le démon est de retour !

Article écrit le 06/05/2016 par Grégory Belfio